Bienvenue sur le blog du projet de restauration

de deux zones humides le long du fleuve Rhône,

aux portes de Montélimar

Un bilan de santé pour les zones humides

L’équipe du Cen Rhône-Alpes dresse un état initial de la…

Un partenariat avec la CNR

Dans le cadre de ce projet, la Compagnie nationale du Rhône…
Ils en parlent

“Il faut une réelle volonté politique pour mener ce type de projet”

La mise en valeur et la préservation des Îles du Rhône avec une démarche co-construite avec les différents acteurs et les différentes communes du vieux Rhône sont les raisons pour lesquelles nous nous sommes impliqués sur ce projet. Nous avons fait des réunions où nous avons travaillé les uns avec les autres.

Je suis personnellement sensibilisée à la préservation de l’environnement et à la biodiversité. Diverses actions sont menées dans ce sens sur la commune, avec par exemple l’installation de ruches communales, le parc de la grangette en biodiversité, etc.

Concernant la restauration des zones humides sur le secteur des Îles du Rhône, c’est un projet qui n’a pas réussi à aboutir pendant des années. II y avait une problématique avec les différents acteurs du territoire où les intérêts divergeaient.

En tant qu’élus, nous avons eu un rôle majeur à jouer. S’il n’y a pas de volonté politique, ça ne peut pas fonctionner, il faut un investissement conséquent sur ce type de projet. Il y a de nombreuses réunions, des procédures administratives à suivre, etc. Il faut une réelle motivation et susciter l’adhésion des différents acteurs.

Lire la suite

Marielle FiguetMaire de Châteauneuf-du-Rhône

Partenaires

Ce projet a bénéficié du soutien financier de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, à hauteur de 188 690 €

L’agence de l’eau soutient les actions visant à restaurer les zones humides. Face aux événements extrêmes de plus en plus fréquents (sécheresse, inondations), les zones humides sont précieuses : elles permettent de stocker naturellement l’eau et de la restituer en saison sèche pour soutenir le début des cours d’eau. Ce sont aussi d’importants réservoirs de biodiversité. Or deux-tiers de la superficie des zones humides originelles françaises ont été détruites.