Préserver la biodiversité sous les lignes à hautes tension grâce au pâturage

Partenariat RTE ValbonneLe mardi 14 octobre 2014, le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes et Réseau de transport d’électricité (RTE) ont signé une convention pour la gestion dans le respect de la biodiversité des emprises des lignes électriques sur le camp militaire de la Valbonne. Ce partenariat contribuera à la gestion écologique de 1 500 hectares de terrain grâce au pâturage d’herbivores (vaches et ânes) dont 14,5 hectares sous l’emprise des lignes électriques.

Des conventions-cadres au niveau national

Qu’ont en commun des militaires, un gestionnaire d’espaces naturels et le réseau de transport d’électricité ? Leur volonté commune de concilier préservation des milieux naturels et activités humaines. C’est pourquoi deux conventions-cadres de partenariat ont été signées :

  • L’une en 2009, entre la Fédération des Conservatoires d’espaces naturels (FCen) et le Ministère de la Défense, pour la mise en œuvre de projets de préservation de la biodiversité sur les camps militaires ;
  • L’autre entre la Fédération des Conservatoires d’espaces naturels (FCen) et Réseau de transport d’électricité (RTE) en date du 11 juillet 2012, pour la préservation de la biodiversité dans l’emprise des lignes électriques du réseau.

Un partenariat multi-acteurs sur la Valbonne

Ces conventions nationales se déclinent localement sur le camp militaire de la Valbonne. Pour préserver ces espaces naturels d’exception tout en maintenant la vocation militaire du camp, un partenariat a été engagé dès 1995 entre le Conservatoire d’espaces naturels (Cen) Rhône-Alpes et les autorités militaires locales et régionales.

Ce travail multi-partenarial s’enrichit cette année de nouveaux acteurs : engagé dans la préservation des milieux naturels et de la biodiversité, RTE déléguera à compter de 2014 et pour dix ans la gestion d’une partie des emprises de ses lignes à haute tension au Cen Rhône-Alpes. La gestion de ces emprises sera désormais assurée par le Cen Rhône-Alpes, grâce notamment à la mise en place de pâturage sur 14,5 hectares en partenariat avec des éleveurs locaux.  Les vaches et les ânes, en consommant les jeunes pousses d’arbres, permettront d’entretenir les emprises dans le respect de la biodiversité et dans le respect des règles de sécurité et des contraintes d’exploitation relatives aux installations électriques à haute et très haute tension.

Lire le communiqué de presse