Bienvenue sur le parcours des sens, au Pay (Loire)

A Cezay, le Pay est le onzième pic de basalte du Forez à bénéficier de panneaux d’information. Ici, la motivation des élus communaux, la qualité du site et son nom se prêtant à prendre un ton un peu décalé, ont conduit le CEN à proposer une approche très ancrée sur les caractéristiques du site, autour des sons, des senteurs, des couleurs, du toucher et des goûts. Ainsi six panneaux d’interprétation offre un regard à la fois sur les spécificités de la pelouse sèche qui occupe le pic mais aussi un clin d’œil à l’ancienne activité d’exploitation du basalte. Le sixième panneau proposé aux élus municipaux offre une mise en perspective du travail de préservation de ce site et l’enjeu départemental de maintien de ces précieux pics de basalte dans la Loire, en somme un sixième sens.

 

Samedi 28 septembre, le site du Pay était inauguré par Hubert Coudour, maire de Cezay, en présence d’une grande partie du Conseil municipal, de Cécile Cukierman et Jean-Claude Tissot, sénateur.rice,  Raymond Vial, président de la Chambre d’agriculture de la Loire et représentant de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Patrice Couchaud et Jérôme Peyer représentants de Loire Forez agglo. Monsieur le maire évoque une « vision nouvelle de ce site », jusqu’alors apprécié pour la présence de sa madone et une vue imprenable sur la plaine du Forez, jusqu’au Alpes. Aujourd’hui, c’est il est donc devenu un haut lieu de préservation du patrimoine naturel en plus de ses qualités touristiques.

Depuis plusieurs années, le CEN s’implique sur le Pay auprès de la Commune dans un programme de valorisation et de préservation du site. Un plan de gestion a été réalisé avec deux actions phares : la participation de ce lieu à la sensibilisation des publics et  le maintien par le pâturage d’un cortège végétal dans lequel s’exprime le rare myosotis de Balbis dont les fleurs jaunes dénotent de celles de son cousin bleuté, ou encore la mibora naine et divers orpins au feuillage rougeoyant.

 

Démonstration de tille sur un pin de boulange

Autre particularité du site : la présence de pins de boulange, ces pins sylvestres taillés autrefois tous les six ans pour en récupérer de jeunes branches facilement inflammables vendues aux boulangers pour « démarrer » le four. Un jeune pin avait été planté pour l’occasion afin de montrer concrètement comment la taille se pratiquait.

Un site préservé, plusieurs patrimoines concernés !