Un peu d’air pour la pulsatille rouge !

Le 3 avril dernier, 14 volontaires se retrouvaient au Montclaret (42) pour un chantier de débroussaillage de pelouses sèches abritant la pulsatille rouge.

En effet, depuis plusieurs années, la crête du Montclaret qui abritait des pelouses sèches, avait tendance à se refermer du fait de l’envahissement par le genêt à balai. Au cours d’un chantier de trois heures, les bénévoles ont donc rouvert ce secteur de crête en favorisant les secteurs où la pulsatille rouge était encore présente. Les arbustes coupés ont été broyés sur place afin d’en réduire l’encombrement. Ce sont ainsi environ 1000 m² de pelouses qui ont été débroussaillées. En outre, les pieds de séneçon du cap trouvés ont été arrachés. Cette espèce envahissante est effectivement très présente sur le Montclaret, notamment dans la carrière.

Il y a quelques années, le Conservatoire n’aurait pas envisagé un tel chantier. En effet, la repousse des arbustes après coupe peut être extrêmement vigoureuse et les efforts n’en valent pas la chandelle. Toutefois, depuis quelques années, avec les étés très chauds et secs qui ont eu lieu dans le Forez, le Conservatoire a observé la mortalité ou l’affaiblissement de nombreux arbustes sur les pics de basalte. Ainsi des opérations de restauration par débroussaillage, dans des milieux arides, pourraient devenir intéressantes. Il a donc souhaité tester l’impact d’un chantier de réouverture sur le Montclaret.

A l’issue du chantier et après avoir pris le temps d’observer une magnifique station de pulsatille rouge, les participants se sont retrouvés autour d’un goûter au cours duquel ils ont évoqué leur souhait de travailler sur d’autres secteurs du Montclaret dans les années à venir.

 

Merci aux mairies de Saint-Georges-Haute-Ville et de Boisset-Saint-Priest, ainsi qu’aux associations partenaires, Le Lis Martagon, la chasse de Fontvial-Les Varrats, FNE Loire et la LPO qui ont relayé l’information de ce chantier pour en permettre la réussite.