Plus de 70 personnes étaient présentes les 7 et 8 novembre à Biovallée-Le Campus à Eurre dans la Drôme, pour la restitution du plan national d’actions en faveur de l’apron du Rhône, l’une des espèces les plus menacées de France et un formidable indicateur de la qualité de nos cours d’eau.
Le bilan du plan national d’actions 2012-2017 est globalement très positif. Au cours de ces cinq ans de travail :

l’apron a reconquis plus de 100 km de cours d’eau : sa présence est désormais attestée sur environ 360 km contre 240 km en 2012 et sa présence serait probable et à vérifier sur 200 km supplémentaire.
6 barrages et seuils ont été équipés de passes à poissons, sur la Durance (seuil de Salignac), la Loue (moulin de Bellerive), la Drôme (radiers des ponts de la D165 et la D125 et le seuil “SMARD”) et sur l’Ardèche (seuil du Mas-neuf).
• Les techniques de reproduction artificielle ont nettement progressé et plus de 22000 juvéniles ont été relâchés avec succès dans la Drôme  dans le cadre d’opérations pilotes  (4000 alevins entre 2006 et 2012)
Des études inédites ont été conduites (ex : le barcoding alimentaire), ouvrant de nouvelles perspectives pour l’amélioration de la gestion des cours d’eau.De 2012 à 2016, plus de trente actions ont été réalisées dans le cadre du Plan national d’actions en faveur de l’apron du Rhône, pour mieux connaître et faire connaître ce poisson, surveiller les populations existantes et améliorer leurs conditions de vie.

Les participants ont passé au crible les résultats des recherches et travaux réalisés et dégagé des pistes pour le prochain Plan national d’actions.

Télécharger le dossier de presse

En savoir plus sur l’apron du Rhône

Visite de la Gare des Ramières pour découvrir l’Espace Apron, le fluvarium et les autres outils de sensibilisation à l’apron

Visite du seuil dit du SMARD à Crest, un seuil aménagé d’une passe à poissons en 2013

World café du 8 novembre 2017 : les participants planchent en petits groupes sur les actions à inscrire au futur plan national d’actions.