La pratique des sports de nature en milieux difficiles d’accès

Cette problématique vient de faire l’objet d’une synthèse consultable en ligne, qui reprend l’essentiel des discussions et échanges particulièrement constructifs entre des professionnels de l’encadrement sportif, des fédération ad-hoc, des gestionnaires d’espaces naturels , chercheurs et pratiquants. Cette journée de travail a été conçu par le CEN Rhône-Alpes dans le cadre du Pôle gestion des milieux naturels.

L’enjeu : arriver à mieux concilier la pratique sportif et le respect de ces milieux, sachant que le manque d’information, de méthodes et des incohérences dans les pratiques des uns ou des autres entraîne des désagréments parfois préjudiciable à la biodiversité. C’est donc dans une ambiance très constructive autour de débats riches que près de 80 personnes se sont retrouvées fin janvier à la Maison de l’environnement de Lyon.

Les milieux concernés : falaises, canyons,cours d’eau encaissés, milieux karstiques ; les pratiques : vol libre, escalade, canyonisme, spéléologie… jusqu’au geocaching.

Ouvrir de nouvelles voies : telles sont les attentes exprimées, tant en séance qu’en aparté, au cours de cette journée. Les participants émettent le besoin d’organiser un réseau d’acteurs à de multiples échelles (départementale, régionale et nationale) sur les sports de nature et la gestion des milieux, facilitant le décloisonnement institutionnel et territorial en vue d’harmoniser les initiatives et diffuser les bonnes pratiques, mais aussi le besoin de disposer de centres de ressources permettant de regrouper tout ce qui a été fait dans les différents territoires. Un état de l’art de ces initiatives et retours d’expérience serait à envisager. A l’échelle départementale, il y a les CDESI, à l’échelle nationale, le Pôle ressources national sports de nature et à l’échelle régionale… la piste du Pôle gestion des milieux naturels est évoquée, avec notamment d’autres journées d’échanges, des ateliers de travail pour creuser certaines thématiques.

Merci à tous les participants pour leurs apports et les deux fédérations FFCAM et FFME pour la confiance accordée et leur implication.