Généralités
Tourbière du lac de Chailloux

Identifiée comme l’une des plus remarquables du département de l’Ain, la tourbière du lac de Chailloux permet de stocker 30 000 m3 d’eau.

La tourbière du lac de Chailloux fait l’objet d’une gestion conservatoire depuis 2002. Une gestion justifiée notamment par l’intérêt de la tourbière au plan de la biodiversité : avec ses prairies humides et ses milieux aquatiques, la tourbière accueille plusieurs espèces remarquables et des orchidées, comme l’épipactis des marais. Elle sert également de lieu de vie et de reproduction pour de nombreux poissons, libellules et amphibiens.

Une tourbière, à quoi ça sert ?

Véritable réservoir de biodiversité, la tourbière remplit également des fonctions utiles à l’homme : sur Chailloux près de 30 000m3 d’eau sont stockés puis filtrés naturellement et gratuitement par la végétation de la tourbière ! En moyenne, chaque jour c’est 200 litres de cette eau qui est restituée au réseau souterrain (le karst), pour alimenter les cours d’eau en aval et contribuer à l’alimentation des populations en eau potable !

La tourbière joue également un rôle socio-économique. Son foin a longtemps servi de litière au bétail, pour la vannerie ou pour recouvrir les toits des maisons. Aujourd’hui encore, le lac sert de support à une activité de pêche. Ainsi le site joue-t-il un rôle essentiel pour le développement durable du territoire et c’est pourquoi le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes s’efforce de préserver ce patrimoine avec les acteurs locaux.

Données clés

Type(s) de milieux : prairies humides, cariçaies et lac

Superficie : 6,25 ha

Commune concernée : Contrevoz (Ain)

Gestion conservatoire depuis : 2002

Maîtrise foncière : conventions avec des propriétaires privés

Site accessible au public : oui, mais volonté de limiter la fréquentation de ce milieu fragile

Partenaires financiers : Département de l’Ain, Région Rhône-Alpes, Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse

Actualités du site
En savoir plus

pdgs_Chailloux

Contact :Antony Garcia

Ecrire au chargé(e) d’études