La tourbière de la Verrerie (Ardèche) sous les projecteurs

Fabrice Gregoire en train de régler les appareils de mesure

Après d’importants travaux de restauration, la tourbière de la Verrerie, sur le commune de Burzet en Ardèche est au centre de toutes les attentions ! Cet espace remarquable géré par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes fait effectivement l’objet de nombreux programmes de recherches par la communauté scientifique.

 

D’une part, de nombreuses données climatiques (vent, pluie, température,etc.) et piézométriques (calcul de la profondeur de la nappe d’eau) sont enregistrées chaque jour afin de suivre l’évolution de cette tourbière. Fabrice Grégoire, géographe et ingénieur de recherche à l’Université Lumière Lyon 2, analyse l’ensemble de ces données dans le cadre d’un programme globale « Programme d’études ardéchois des tourbières », afin de mieux appréhender le fonctionnement hydrologique et les usages socio-économiques de ces milieux, et ainsi apporter une aide à la définition de la gestion menée par le Conservatoire.

 

Les agents de l’AFB récoltant les données de terrain (CarHyCE)

D’autre part, la tourbière de la Verrerie fait l’objet d’un suivi CarHyCE (CARactérisation HYdromorphologique des Cours d’Eau). Ce protocole, mené par le personnel de l’Agence française de la biodiversité (AFB), permet de recueillir des données hydromorphologiques du cours d’eau traversant la tourbière et suivre son évolution dans le temps. Cela est d’autant plus intéressant suite aux travaux de restauration du cours d’eau et de la tourbière qui ont été finalisés cette année. Généralement appliqué sur des cours d’eau de taille moyenne à grande, le protocole a dû être adapté sur le terrain pour le petit ruisseau du Prat sauvage, adaptation unique en France pour ce type de cours d’eau !

 

 

La végétation qui reprend après les lourds travaux de restauration

Tout dernièrement, la tourbière de la Verrerie a été sélectionnée comme site pilote par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières dans le cadre du projet soHUMID, qui consiste à évaluer la contribution des eaux souterraines au fonctionnement de cette zone humide ! Les nombreuses données disponibles et analyses capitalisées à ce jour sur la tourbière en font un site d’une grande pertinence pour ce programme national.

 

Les espaces naturels gérés par le CEN Rhône-Alpes, comme la tourbière de la Verrerie, sont donc des sites supports pour le développement de la recherche et l’implication des scientifiques… un lien qui ne cesse de se renforcer !