Une 2ème espèce végétale très rare sur le marais de Morlin (Rhône) !

© CBN MAssif Central

Après la pilulaire à globules, c’est au tour de l’ache inondée de faire sa réapparition sur le marais de Morlin.

Cette espèce subatlantique n’avait pas été revue depuis plus d’un siècle dans le Massif central rhônalpin. Elle était citée autrefois par A. Legrand dans la Plaine du Forez (secteurs de Saint-Paul-d’Uzore et Précieux), sur le rebord du Plateau lyonnais (Chassagny, Chanapost, Sainte-Foy-lès-Lyon) et dans les Monts du Beaujolais sur la commune de Chénelette. Elle est inscrite dans les listes rouges Rhône-Alpes et Auvergne avec le statut “En danger critique d’extinction” au regard de sa très grande régression.

Bonne nouvelle cette année : une importante population comptant plusieurs milliers d’individus a été découverte par le CBN Massif central le 30 juin 2019 sur le site du marais de Morlin (Taluyers, à moins d’1 km de l’ancien étang de Lavaure où elle était mentionnée autrefois). Cette découverte place ainsi le marais de Morlin comme site majeur pour la conservation de cette espèce.

Le marais de Morlin fait l’objet d’une convention entre la commune de Taluyers (propriétaire) et le CEN Rhône-Alpes (gestionnaire) depuis 2011. Un programme d’actions est mis en œuvre sur l’ENS du plateau mornantais et notamment le marais de Morlin depuis les années 2000, avec les financements du Département du Rhône, de la Communauté de communes du Pays Mornantais (COPAMO) et de la Communauté de communes de la vallée du Garon (CCVG). Des travaux de gestion sont réalisés par le CEN Rhône-Alpes : curage de mare, débroussaillage, arrachage d’espèces invasives, pâturage extensif avec un éleveur local… La réapparition d’espèces végétales rares comme la pilulaire à globules et l’ache inondée témoigne de la bonne qualité de cette gestion. Bravo aux acteurs impliqués !