D’Izernore à Samognat, une succession de marais de pente entourent le plateau de la Belloire : marais de Chassagne, marais du bief des deux prés, marais du Mollard Barlet, marais de Peruclat. Situés en zone de sources, ces marais accueillent une biodiversité exceptionnelle.

Les marais tuffeux de la Belloire sont très particuliers : des dépôts calcaires s’y accumulent, contribuant à la formation de tuf, une roche poreuse très légère, d’où leur surnom de « marais tuffeux ». En effet, ces marais se trouvent sur le front d’un ancien delta qui a comblé sur plusieurs kilomètres le lac glaciaire qui occupait l’espace il y a plusieurs milliers d’années. Fait de sables et de calcaires, cet ancien delta est traversé par des eaux souterraines qui se chargent en calcaire au fil de leur parcours, avant de suinter sur les marais de pente. Le calcaire se redépose alors au niveau des sources, généralement sur des débris de végétaux. Avec le temps, ces végétaux se décomposent, d’où les nombreuses poches vides qui font la porosité du tuf. Leur empreinte est ainsi conservée, éventuellement pour des millions d’années !

La formation de tuf contribue à l’auto-rajeunissement du milieu : des espèces dites « pionnières », comme la gentiane pneumonanthe, colonisent progressivement les dépôts calcaires. Leur installation est d’autant plus facile que le tuf est ici mélangé à de la tourbe. Composés de nombreux petits cours d’eau, de boisements humides et de bas-marais de pente, le site accueille également de nombreuses autres  espèces sensibles, comme l’azuré des mouillères, un petit papillon.

Compte tenu des enjeux pour la biodiversité mais aussi pour garder une ressource en eau de bonne qualité, la gestion des marais est désormais assurée par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes, en étroite collaboration avec le SIVU Lange-Oignin.

Actualités du site
En savoir plus

pdgs_Belloire_Page_1

Fiche technique de gestion

pole-gestion-milieux-fond-bleu

Contact :Nicolas Gorius

Ecrire au chargé(e) d’études